L’internationalisation des avant-gardes parisiennes (1855-1914)

16 déc 2010 - 18:30

Café le Saint-Hubert / 25, rue de la poste / Châteauroux

Par Béatrice JOYEUX-PRUNEL, maître de conférences en histoire de
l’art contemporain, École normale supérieure de Paris (rue d’Ulm)

Autour de son livre : Nul n’est prophète en son pays» ou la logique avant-gardiste : L’internationalisation de la peinture des avant-gardes parisiennes 1855-1914. Thèse de doctorat sous la direction de Christophe Charle, Paris, Université de Paris I – Sorbonne, 2005, 950 p.

L’histoire de l’avant-garde artistique parisienne, du réalisme au cubisme, est aussi celle d’une vaste migration vers les marchés étrangers. Combinant outils systématiques et approche sociologique, le livre étudie les avant-gardes en pistant la circulation internationale des oeuvres et de leurs reproductions, dans le contexte de l’expansion du marché de l’art et du collectionnisme en Europe. Dévoilant les stratégies par lesquelles les avant-gardes conquirent leur légitimité, il invite à sortir de nombreux clichés sur lesquels l’histoire de l’art moderne s’est forgée : refus des logiques commerciales, unicité des styles, internationalisme fraternel des avant-gardes… Une telle perspective permet-elle aussi de mieux comprendre l’évolution des formes à cette époque ?

Pour en savoir plus : http://www.artsetsocietes.org/f/f-jprunel.html