Comment écrit-on l’histoire de la jeunesse ?

1 juin 2010 - 18:30

Café le Saint-Hubert / 25, rue de la poste / Châteauroux

Par Jean-Claude CARON, professeur d’histoire contemporaine à l’université Blaise Pascal Clermont II

L’actualité de la jeunesse se vérifie chaque jour, par le biais de l’information. Mais est-elle aussi un acteur de l’histoire ? Si la recherche historique a longtemps ignoré la jeunesse, cette dernière est maintenant l’objet de nombreux travaux. Ceux-ci mettent en lumière son rôle central dans l’histoire, la diversité de cette catégorie en apparence unique, la persistance d’un regard favorisant la jeunesse masculine. Les enjeux, mais aussi les obstacles, sont nombreux autour de l’histoire de la jeunesse. En nous en tenant à la période contemporaine, de la Révolution française à nos jours, nous présenterons une réflexion fondée sur notre expérience et nourrie de la lecture d’études très différentes, mais toutes centrées sur cette jeunesse multiple, souvent aux avant-postes de l’histoire en train de se faire, sans pour autant laisser de fortes empreintes dans le récit historique. Il ne s’agit pas tant de réhabiliter que de réévaluer la place de ces jeunesses dans l’histoire contemporaine, des jeunes héros des guerres révolutionnaires aux jeunes révolutionnaires du XIXe siècle en particulier. Autant célébrés que redoutés, autant sollicités que tenus à l’écart selon les périodes, les jeunes constituent un ensemble de générations qui ont pourtant laissé des traces dans l’archive, la presse, l’image.  Parmi les thèmes que nous aborderons d’un point de vue historique, citons la fonction de l’école dans la formation de la jeunesse ; les figures du collégien, du lycéen ou de l’étudiant dans la vie politique et sociale du pays ; la naissance de « l’adolescent » dans le regard des sciences sociales ; le lien entre jeunesse et révolution ; la question de la « jeunesse délinquante », succédant à celle de « l’adolescence criminelle ». A partir de ces questions, dont la liste n’est pas exhaustive, nous réfléchirons en conclusion à la construction de la catégorie « jeunesse » par la discipline historique.

Bibliographie sélective

Ludivine Bantigny et Yvan Jablonka (dir.), Jeunesse oblige. Histoire des jeunes en France, XIXe-XXIe siècle, PUF, 2009.

Jean-Claude Caron, Générations romantiques. Les étudiants de Paris et le quartier latin (1814-1851), Paris, Armand Colin, 1991.

Jean-Claude Caron (avec Annie Stora-Lamarre et Jean-Jacques Yvorel), Les Âmes mal nées. Jeunesse et délinquance urbaine en France et en Europe (XIXe-XXIe siècle), Besançon, Presses universitaires de Franche-Comté, 2008.

Pierre Caspard, Jean-Noël Luc et Philippe Savoie (dir.), Lycées, lycéens, lycéennes. Deux siècles d’histoire, Institut national de recherche pédagogique, 2005.

Maurice Crubellier, L’Enfance et la jeunesse dans la société française, 1800-1950, A. Colin, 1979.

Giovanni Levi, Jean-Claude Schmitt (dir.), Histoire des jeunes en Occident, Seuil, 1996, t. 2, L’époque contemporaine.

Revue d’histoire de l’enfance irrégulière (en ligne).

Agnès Thiercé, Histoire de l’adolescence, 1850-1914, Belin, 2000.