La condition noire

11 mar 2010 - 20:00

Brasserie de l’Univers / 8, place Jean Jaurès / Tours

Intervenant : Pap NDIAYE, maître de conférences en histoire à l’EHESS

Voilà que depuis quelques temps des observateurs semblent découvrir l’existence de populations noires dans notre pays… Cette remarque peut paraître incongrue, tant il est vrai qu’avoir la peau noire, en France hexagonale, n’est pas, a priori, la meilleure manière de passer inaperçu. Il conviendra de rendre compte de ce paradoxe : les Noirs de France sont individuellement visibles, mais ils sont invisibles en tant que groupe social et qu’objet d’étude pour les universitaires. D’abord en tant que groupe social, ils sont censés ne pas exister, puisque la République française ne reconnaît pas officiellement les minorités, et ne les compte pas non plus. On pourrait se réjouir de l’invisibilité des populations noires, ou en tout cas considérer que cela ne pose pas problème en soi si certaines difficultés sociales spécifiques qui les affectent étaient mesurées, connues, reconnues. Or ce n’est pas le cas. Aussi l’invisibilité, plutôt que d’être la conséquence paisible d’une absence de problèmes particuliers, peut être considérée comme un tort. Du point de vue de la recherche universitaire, la situation est similaire : sait-on qu’il existe plus de livres publiés en France sur les Noirs américains que sur les Noirs de France ? L’histoire des Africains-Américains est un secteur classique et fréquenté de l’américanisme français, et de nombreux étudiants de civilisation et d’histoire américaines se dirigent vers elle chaque année. En revanche, du côté des populations noires de France, le bilan est rapidement tiré. Il existe certes de bonnes études sur les familles africaines, les immigrés africains, les étudiants africains, les migrants antillais et réunionnais, les agents publics antillais, les tirailleurs sénégalais, etc., mais il n’est pas question de Noirs, comme si cette figuration par la couleur de peau n’avait pas de légitimité ou de pertinence pour décrire les situations contemporaines. Etrangement, les historiens étudient pourtant les Noirs pour des périodes anciennes : il existe notamment des études fouillées sur les Noirs en France au 18e siècle, mais le sujet semble s’évaporer pour la période contemporaine. Le livre La Condition noire. Essai sur une minorité française (Calmann-Lévy 2008 et Folio Gallimard 2009 a pour objet de corriger cette situation : il a été présenté comme fondateur des Black Studies à la française. La conférence s’appuiera sur plusieurs chapitres de ce livre.

Bibliographie :
Pap NDIAYE, La Condition noire – Essai sur une minorité française, Calmann-Lévy, 2008