L’homme et la forêt (XVIè-XVIIIè)

23 fév 2010 - 20:00

Brasserie de l’Univers / 8, place Jean Jaurès / Tours

Par Jérôme BURIDANT, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Reims.

Depuis la grande déforestation du Moyen Age, les forêts sont des espaces naturels, qui sont néanmoins modelés par la main de l’homme. Elles sont pour l’homme des lieux frontière et carrefour, ressources économiques et lieux d’échanges commerciaux, lieu de danger aussi, d’exil et lieu d’agrément.
Il s’agira, lors ce Café historique, d’aborder l’évolution des rapports homme-forêt, sous l’angle de la perception, mais surtout sous l’angle de l’accès au bois, des usages et des pratiques. Si la forêt est encore présentée dans les contes et les légendes comme un espace inquiétant, on s’aperçoit dans les sources qu’elle est un espace très familier pour les populations locales, qui vivent dans une civilisation du bois. Le surenchérissement des prix des bois tout au long de l’époque moderne conduit cependant à une éviction progressive des usagers (non sans violences), au bénéfice d’une gestion normalisée des peuplements. En trois à quatre siècles, le monde paysan devient progressivement étranger à la forêt.

Bibliographie indicative :
Jérôme BURIDANT, La Forêt Dans L’Aisne – Forêt Carrefour, Forêt Frontière, éditions Dominique Guéniot, 2007