Prisonniers du FLN

19 juin 2014 - 18:30

Café le Parisien / 49, rue Noël Ballay / Chartres

par Raphaëlle BRANCHE, maîtresse de conférences à l’université Paris Panthéon-Sorbonne

Ils étaient militaires, mais aussi civils. Des hommes, mais aussi des femmes. En Algérie, contre toute attente, le maquis fit des prisonniers pour internationaliser le conflit grâce au CICR. Comme la France n’y voyait pas une guerre, elle nia l’existence même de ces prisonniers, les raya de la mémoire collective.