Les corps violentés de la Grande Guerre dans la bande dessinée de 1914 à aujourd’hui

20 nov 2009 - 15:00

Café de la Halle aux Grains / place de la République / Blois

Partenariat Bd boom festival

Intervenant : Luc RÉVILLON, historien et spécialiste des relations entre la bande dessinée et l’histoire

Comment la bande dessinée, art du visuel, a-t-elle représenté la violence de guerre et ses conséquences sur les corps des combattants de la Grande Guerre ?
Des illustrés de 1914 aux bandes dessinées d’aujourd’hui, quelles images de la guerre cherche-t-on à donner aux lecteurs ?
Tenter de répondre à ces questions amène à croiser l’évolution du média bande dessinée avec celle de l’historiographie de la Première Guerre mondiale.
Un auteur de bande dessinée affiche obligatoirement un point de vue dans tous les sens du terme. Que ce soit par ce qu’il décide de raconter, par le montage et les cadrages qu’il utilise pour arriver à ses fins, par la mise en couleurs ou le choix du noir et blanc, son récit est empreint de SA vision de la Grande Guerre, elle-même nourrie du vécu de cet auteur, de ses rencontres, de ses lectures, des films qu’il a visionnés,…
Quand Forton, en 1915, dessine Les Pieds Nickelés s’en vont en guerre, il participe à « la première grande mobilisation morale et intellectuelle de l’enfance 1» soulignée par Stéphane Audoin-Rouzeau. Quand Tardi, aujourd’hui, dessine Putain de Guerre, il continue depuis quarante ans à marteler sa haine de la guerre fortement empreinte d’antimilitarisme et d’anticléricalisme.
Des illustrés de 14-18 où la souffrance est niée, magnifiée ou tournée en dérision jusqu’aux bandes dessinées d’aujourd’hui qui exhibent les corps souffrants, mutilés ou désintégrés, une certaine vision de la guerre plus que la Grande Guerre elle-même que nous racontent ces récits.
Plus particulièrement pour la période de guerre, un survol des témoignages, romans, journaux, films d’époque permet d’apprécier comment ces illustrés s’inscrivaient dans l’état d’esprit de l’époque et quelle pouvait être leur spécificité.

1 Stéphane Audoin-Rouzeau, La guerre des enfants, 1914-1918, essai d’histoire culturelle, Armand Colin, 1993

Pour aller plus loin :
Bandes dessinées
Nous ne donnerons aucune référence des très nombreuses bandes dessinées qui traitent de la Première Guerre mondiale. Deux ouvrages récents fournissent une bibliographie qui ne prétend pas être exhaustive, mais qui recense près de cent quarante références :

  • La Grande Guerre dans la bande dessinée. Ouvrage collectif sous la direction de Vincent Marie, Historial de Péronne, 2009
  • Luc Révillon, Bruno Denéchère, 14-18 dans la bande dessinée. Images de la Grande Guerre de Forton à Tardi, Cheminements, 2008

Ouvrages d’historiens
Au milieu d’une production abondante, une sélection très subjective et incomplète, mais en partie accessible pour des lycéens :

  • André Ducasse, Jacques Meyer, Gabriel Perreux, Vie et Mort des Français 1914-1918, Hachette, 1959
  • Stéphane Audoin-Rouzeau et Annette Becker, La Grande Guerre, 1914-1918, Découvertes Gallimard, 1998
  • Stéphane Audoin-Rouzeau, Annette Becker, 14-18, retrouver la Guerre, Folio Histoire, 2000
  • Rémy Cazals, Frédéric Rousseau, 14-18, le cri d’une génération, Privat, 2001
  • Antoine Prost, Jay Winter, Penser la Grande Guerre, un essai d’historiographie, Seuil Histoire, 2004
  • Encyclopédie de la Grande Guerre 1914-1918, sous la direction de Stéphane Audoin-Rouzeau et Jean-jacques Becker, Bayard, 2004
  • Jean-Norton Cru, Témoins, préface et post-face de Frédéric Rousseau, Presses Universitaires de Nancy, 2006
  • Dictionnaire de la Grande Guerre 1914-1918, sous la direction de François Cochet et Rémy Porte, Robert Laffont, 2008
  • Première Guerre mondiale, Les Grands Librio, 2008
  • Stéphane Audoin-Rouzeau, Combattre, une anthropologie historique de la guerre moderne (XIXe-XXIe siècles), Seuil, 2008
  • Laurent Véray, La Grande Guerre au cinéma, Ramsay, 2008

Stéphane Audoin-Rouzeau, La guerre des enfants, 1914-1918, essai d’histoire culturelle, Armand Colin, 1993