L’Amérique avant les États-Unis

21 mar 2013 - 18:30

Café le Liber’thés / 21, avenue du président Wilson / Blois

Par Bertrand Van Ruymbeke, professeur d’histoire américaine à l’université Paris VIII.

En 1497, l’Angleterre découvre l’Amérique : l’explorateur John Cahot, à la solde du roi Henry VII, aperçoit les rives de Terre-Neuve. C’est le début d’une aventure de près de trois siècles, qui verra les Anglais fonder des colonies sur toute la côte est du continent nord-américain ; en 1776, treize d’entre elles proclameront leur indépendance et deviendront les Etats-Unis d’Amérique. Comment s’est déroulée la conquête de ce territoire, arraché aux populations amérindiennes et aux concurrents Espagnols, Hollandais et Français ? Comment aventuriers en quête de fortune, puritains et quakers brûlant de vivre une utopie religieuse, laissés pour compte de la vieille Europe, esclaves africains, marchands audacieux, se sont-ils mêlés pour bâtir peu à peu de nouvelles sociétés ? Et par quelles voies ces colonies extrêmement diverses, dont les populations avaient peu en commun, se sont-elles retrouvées ensemble sur le chemin de l’indépendance ? Dans cette grande fresque, qui fait pour la première fois la somme de toutes les connaissances sur l’Amérique anglaise, Bertrand Van Ruymbeke souligne les ruses de l’histoire : fondées sans politique prédéfinie ni coordination, en grande partie aux mains d’intérêts privés, les colonies anglaises sont une construction du hasard.

Rien ne laissait présager qu’elles deviendraient un ensemble impérial – encore moins une nation…