L’Inquisition

11 sept 2012 - 18:30

Café le Parisien / 49, rue Noël Ballay / Chartres

par Didier LE FUR, historien, spécialiste des XVe et XVIe siècles

Procès, tortures et bûchers ; images de douleurs, de feu et de sang : voilà ce qu’évoque ordinairement l’Inquisition. Pourtant, ce tribunal pontifical créé
par Grégoire IX entre 1231 et 1233 avait selon l’Eglise catholique une noble mission : sauver les âmes et défendre la chrétienté. Pour ce faire, elle s’était levée contre des dissidences religieuses qui sévissaient déjà depuis un siècle à travers toute l’Europe, et notamment dans le midi de la France.

Ces hérétiques, cathares ou vaudois, qui aspiraient à une autre pratique de la religion chrétienne, menaçaient l’unité et la puissance de l’Eglise romaine. S’il est vrai que cette dernière autorisa à pratiquer la torture et que ses proies périrent parfois dans les flammes du bûcher du pouvoir séculier, la mise à mort devint plus rare dès la fin du XIIIe siècle. L’Inquisition aurait pu disparaître avec la fin des grandes hérésies, mais la stigmatisation de la sorcellerie, comme nouveau mal capable de détruire l’Eglise, lui permit de confirmer une autorité jusqu’à la toute fin du Moyen Age.