Les emblèmes de la République

10 mai 2012 - 18:30

Café le Parisien / 49, rue Noël Ballay / Chartres

Par Bernard Richard, agrégé d’histoire

Faire voir ou entendre la République pour la faire aimer : voilà le rôle, aujourd’hui comme hier, des emblèmes étudiés dans cette vaste fresque que l’on lira comme le complément indispensable aux Lieux de mémoire de Pierre Nora et aux Métamorphoses de Marianne de Maurice Agulhon. Une somme impressionnante qui retrace l’ori- gine, la signification, les métamorphoses des symboles visuels, gra- phiques, festifs et sonores incarnant la République et ses valeurs. Images de la Liberté comme Marianne ou le bonnet phrygien ; pano- plie d’emblèmes majeurs ou secondaires comme le drapeau trico- lore, la Marseillaise, la fête nationale, le coq gaulois, le faisceau de licteur… Sans oublier ces « monuments parlants » que sont les mai- ries, les statues, les noms de rue, le Panthéon, les monuments aux morts de la Grande Guerre…
L’époque révolutionnaire fut la principale « fabrique des images », qui s’imposent définitivement dans les premières décennies de la Troisième République. Multipliant les inscriptions et les emblèmes, la France fin de siècle pratique une décoration cumulative, foison- nante et éclectique. La Quatrième République semble répéter mala- droitement la précédente, sans jamais acquérir la même légitimité, car se profile toujours l’ombre de l’homme du 18 Juin… La Cin- quième République, en revanche, amène son lot de créations ou de métamorphoses : rôles nouveaux donnés à la croix de Lorraine, images du président de la République…
Une histoire sensible et vivante qui plonge au plus profond de notre imaginaire républicain.

Consulter la fiche éditeur de l’ouvrage