Une hydrohistoire de Jérusalem, pour quoi faire ?

7 juin 2011 - 18:30

Café le Parisien / 49, rue Noël Ballay / Chartres

Par Vincent LEMIRE, maître de conférences en histoire contemporaine à l’université Paris-Est Marne-la-Vallée

Face à un terrain aussi encombré et disputé que Jérusalem, l’historien doit forger son propre outillage méthodologique pour sortir des affrontements idéologiques et des récits cloisonnés. L’hydrohistoire, une « histoire par l’eau », permet d’embrasser largement les différentes communautés de la ville sainte et d’envisager différemment les enjeux religieux, politiques et culturels qui émergent aux XIXe et XXe siècles.