Le monde universitaire au Moyen-Âge

12 mai 2011 - 18:30

Café le Parisien / 49, rue Noël Ballay / Chartres

Par Nathalie Gorochov, maître de conférences HDR en histoire du Moyen Age à l’université de Paris-Est-Créteil

L’université est une invention du Moyen Age. Elle naît à Bologne, Paris, et Oxford, vers 1200, organisée, créée par des maîtres et des étudiants dans des centres d’études déjà très actifs au XIIe siècle. Une soixantaine d’universités sont fondées en Europe entre 1200 et 1500, certaines n’accueillent que quelques centaines d’étudiants, les plus importantes en regroupent peut-être 3000 à 4000.
L’université médiévale est une association professionnelle de maîtres (ou parfois d’étudiants, comme à Bologne), reconnue par les pouvoirs laïques et ecclésiastiques, et qui peut se donner des règlements, contrôler le recrutement de ses nouveaux membres, et jouir d’un certain nombre de privilèges. Dans un premier temps, sera évoqué ce cadre institutionnel : comment naissent les premières universités européennes, comment se caractérisent ces institutions qui, tout au long du Moyen Age, imitent, en gros, les deux modèles fondateurs : Paris et Bologne. Facultés, nations, recteur, chancelier, examens, licence, maîtrise, doctorat, jurys existent déjà au Moyen Age.
Dans un second temps, on s’intéressera au milieu universitaire, aux hommes qui composent les universités, tant professeurs qu’étudiants. Ces hommes passionnés et ambitieux appartiennent à des milieux sociaux assez divers, traversant parfois l’Europe entière pour entendre un maître réputé, pour venir enseigner dans une université prestigieuse. La mobilité, très grande au XIIIe siècle, tend à diminuer un peu avec l’apparition, aux XIVe et XVe siècles, d’un réseau plus dense d’universités dont l’aire de recrutement devient régionale. La fin du Moyen Age est aussi un moment où l’université devient plus aristocratique. On pourra mentionner quelques uns des « débouchés » qu’offraient les études de haut niveau au Moyen Age, et quelle place les universitaires, les savants, occupaient dans la société médiévale.
Dans un troisième temps, sera présenté le monde universitaire au quotidien : la forme et les horaires des cours, les méthodes pédagogiques, le déroulement des examens, la discipline imposée,  la vie religieuse, l’usage des livres, les bibliothèques, les problèmes de logement des étudiants et le développement des collèges, mais aussi les conflits des étudiants avec les bourgeois, les grèves universitaires, assez fréquentes au Moyen Age, enfin les réformes que des pouvoirs royaux ou princiers  plus puissants ont tendance à imposer aux universitaires, surtout à partir du XVe siècle.