La guerre 14-18 d’Alfred Dreyfus

7 mar 2011 - 18:30

Café l’Euro-Café / 41, rue Moyenne / Bourges

Par Georges JOUMAS, docteur en Histoire contemporaine, Auteur du livre Echos de l’Affaire Dreyfus en Orléanais, Corsaire éditions, 2010 ; et de l’article Le carnet de Dreyfus au Chemin des Dames, dans la revue « La lettre du Chemin des dames », n° 17, automne 2009.

Les repères biographiques d’Alfred Dreyfus s’arrêtent souvent à sa réhabilitation en 1906. Bien qu’âgé de 55 ans en 1914, l’officier réserviste est mobilisé durant toute la guerre où il connaît trois affectations successives :
- d’août 1914 à décembre 1916, il est adjoint au commandant d’artillerie de la zone Nord du camp retranché de Paris, où il est chargé de l’inspection et de l’entretien des forts.
- de janvier 1917 à mars 1918, sur sa demande, il est envoyé en 1ères lignes. Il est alors adjoint au commandant du Parc d’artillerie du 20ème Corps d’armée, placé sous les ordres d’un colonel antisémite notoire. Au printemps 1917, il participe aux dramatiques combats du Chemin des Dames. Puis, il est muté en Lorraine.
- atteint par la limite d’âge pour rester au Front, il est renvoyé à l’Arrière en mars 1918, et commande le Parc d’artillerie de la 5ème Région militaire, à Orléans, jusqu’à la fin des hostilités.

Si son dossier militaire permet de connaître tous les états de service de Dreyfus en 14-18, son itinéraire personnel peut surtout être reconstitué grâce à des archives familiales, souvent inédites : des lettres à son fils Pierre, lui-même jeune officier mobilisé, et son « Carnet de guerre » tenu presque quotidiennement ; grâce également à une bonne centaine de lettres (conservées à la Sorbonne) adressées à une amie, la marquise Arconati-Visconti qui fut une grande dreyfusarde.
Outre le témoignage d’un acteur direct de la Grande guerre, notamment au Chemin des Dames, ces documents révèlent aussi que l’officier, que l’on a souvent présenté durant « L’Affaire » comme introverti et distant, est un homme d’une grande sensibilité qui exprime, sans retenue, ses émotions, ses craintes, sa douleur, ses joies et sa fierté de connaître au Front une seconde réhabilitation.

Biliographie indicative :
Deux auteurs retracent succinctement cet épisode 14-18 de la vie de Dreyfus :
- Vincent Duclert, Alfred Dreyfus, l’honneur d’un patriote, Fayard, 2006,
1259 pages.
- Michael Burns, Histoire d’une famille française, les Dreyfus, Fayard, 1994,
700 pages..