La naissance du parti communiste en France

2 fév 2011 - 18:30

Café l’Euro-Café / 41, rue Moyenne / Bourges

Par Romain DUCOULOMBIER, agrégé et docteur en histoire, est enseignant. Sa thèse, soutenue en 2007 à Sciences-po Paris, a remporté le prix Henri Hertz de la Chancellerie des universités de Paris. Il a dirigé plusieurs ouvrages consacrés au socialisme français et international pendant la guerre. Ses recherches portent sur l’histoire des organisations du mouvement ouvrier français au XIXe et au XXe siècles.

Autour de son ouvrage, Camarades ! La naissance du communisme en France, Paris, Perrin, 2010

Ce livre propose une interprétation nouvelle de la naissance du communisme en France et de son moment symbolique, le célèbre Congrès de Tours en décembre 1920. À l’encontre des interprétations traditionnelles qui le présentent comme un accident ou, au contraire, comme une fatalité inscrite dès 1914, Romain Ducoulombier propose de restituer toute sa force à la dynamique de la scission qui a donné le jour, à l’issue de la Grande Guerre, au Parti communiste, modèle du parti ouvrier de masse.

Le livre restitue d’abord son originalité fondamentale à la génération de l’armistice, « née de la guerre » et de la lutte pacifiste contre celle-ci. Au nom du refus de la guerre, du rejet de la participation ministérielle et de la fidélité à la révolution, cette relève militante s’est tournée vers le bolchevisme, qui lui offrait une méthode, des slogans et des pratiques adaptées à son besoin de renouveau. Fascinée par Lénine et son œuvre en Russie, elle ne s’est jamais soumise passivement aux directives de Moscou : elle a au contraire adopté volontairement, et adapté tactiquement ses formules à la situation politique française. Ce livre propose une lecture renouvelée des valeurs, des pratiques, des formes de sociabilité de cette génération de passeurs, traumatisée par le conflit, qui bouleverse les manières de militer en France.

Cette relève militante intransigeante, animée d’une véritable haine de la social-démocratie, a voulu créer un « parti de type nouveau » capable de régénérer le socialisme, compromis par la participation aux ministères de Défense nationale pendant la guerre. À l’aide d’importantes archives souvent inédites, Romain Ducoulombier reconstitue la marche à la scission, menée avec enthousiasme contre l’ancienne oligarchie socialiste accusée de trahir l’idéal révolutionnaire. Le livre permet donc de comprendre comment et pourquoi le communisme en France a été, à la différence d’autres tentatives tout au long du XXe siècle, une refonte politique radicale du personnel et de l’idéal socialistes français.

Loin de l’histoire traditionnelle des « origines » du communisme, le livre s’intéresse aux filiations idéologiques et aux déformations des idées provoquées par leur circulation internationale et leur introduction en France. Reconstituant les circuits de cette circulation intense, Romain Ducoulombier réécrit l’histoire du premier communisme français en montrant qu’elle prépare et annonce la dérive inquisitoriale de la période stalinienne.